Into the wild de Sean Penn : Là ou mènent les rêves

La création est une victoire sur la peur. C’est notre vraie destinée.”

Francis Ford Coppola

Puisque le cinéma est avant tout affaire de conflits, son principal thème est l’emploi de la violence contre une autorité injuste : Charlton Heston/Ben Hur lutte contre les Romains, Humphrey Bogart contre les Nazis dans Casablanca, Jean-Pierre Léaud contre l’autoritarisme de son prof dans Les 400 coups, Jeanne Moreau contre les infortunes du coeur dans Jules et Jim, Léonardo Di Caprio contre les différences de classe sociale dans Titanic

Mais il est une violence plus rare, passionnante, contre laquelle luttent parfois les personnages : la violence engendrée par leur liberté. En effet, les personnages qui choisissent de s’affranchir des codes sociaux génèrent parfois autant de violence que ceux qui passent de l’autre côté de la loi. Emily Watson (castée pour Amélie Poulain avant Audrey Tautou, mais elle aurait refusé le rôle), interprète dans Breaking the Waves de Lars von Trier une jeune femme brisée par sa communauté rurale du nord de l’Angleterre car elle ne respecte pas les règles du clan.

Le nouveau film de Sean Penn, superbement photographié par Eric Gauthier (entre autres directeur de la photographie de Rois et Reines de Depleschin et Carnet de route de Walter Salles), nous raconte l’histoire vraie d’un jeune homme, interprété par Emile Hirsch, bon comédien qui a parfois de faux air du jeune Johnny Depp, qui a tourné le dos au rêve américain qui lui tendait les bras pour verser ses économies à une association humanitaire et traverser les Etats-Unis, sans jamais donner signe de vie à sa famille, jusqu’en Alaska, où devait s’achever tragiquement son voyage.

Into the wild est de ces films qui vous regardent autant que vous les regardez (car la photographie et les paysages sont superbes) : jusqu’où sommes-nous prêts à exaucer nos rêves ? A faire vivre nos principes ? Le rêve de ce jeune homme, atteindre l’Alaska, nous renvoie à notre propre étoile du nord : nul autre que nous n’est capable de la voir et de la suivre à notre place.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *