Filmer les chansons (d’amour)

L’imminence d’un important événement religieux propice aux chansons en famille et la sortie récente du DVD des Chansons d’amour, joli film de Christophe Honoré sorti au printemps 2007, avec entre autres Louis Garrel, Ludivine Sagnier, Clotilde Hesme et Chiara Mastroianni, nous amène à nous demander comment nos amis cinéastes, qui ne pas les moins dégourdis, filment nos stars qui chantent (bien ou mal d’ailleurs).

  • Les films “en chanté” : l’expression de Jacques Demy consacre les comédies musicales, de Singing in the rain de Stanley Donen aux Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy en passant par Traquenard de Nicholas Ray, dans lesquelles la musique, la danse et les chansons sont l’occasion de célébrer la beauté du monde. Christophe Honoré innove dans Les chansons d’amour, en utilisant le genre pour une histoire de deuil – une jeune femme quitte l’histoire avant la première moitié du film- et en faisant chanter des amateurs, ce que Woody Allen avait déjà fait dans Tout le monde dit I love you. On retient Louis Garrel chanter “Delta Charlie Delta” en sortant à l’aube du commissaire de police, et le trio amoureux Garrel/Hesme/Sagnier dans les rues de Paris, mais on regrette la dernière chanson du film qui sonne comme du Goldman (ce qui nous est arrivé de pire en chanson française, à l’exception de Michel Sardou, hors catégorie avec sa chanson sur les immigrés).
  • Le dialogue chanté : Certains amateurs de comédies musicales se sont amusés à inclure des chansons au milieu des dialogues, comme le fait Jean-Luc Godard dans Pierrot le fou, où à deux reprises Anna Karina entame la chansonnette (“nous ne nous aimerons pas toujours mon amour” et “ma ligne de chance”) face à un Jean-Paul Belmondo au sommet de sa classe et son talent. La chanson est probablement enregistrée en son direct dans l’appartement, le piano ayant été ajouté au montage.
  • La chanson filmée : On a oublié ce que faisait Jeanne Moreau en Allemagne dans Jules et Jim, mais tout le monde se souvient du “Tourbillon de la vie”. Le charme de la scène et sa résonnance dans le film en font l’une des scènes majeures de l’histoire du cinéma. Il n’en fallait pas plus pour me convaincre de mettre une chanson dans mon film Les moissons. Boy meets Girl who plays the guitar, and cut !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *