The housemaid d’Im Sang-Soo : les affres de la servitude volontaire

The Housemaid

A quoi bon se révolter contre les inégalités sociales si la vie des riches est virtuellement accessible ? A partir du moment où leur mode de vie, leur fortune, leur sexualité et même leurs malheurs sont disponibles dans la presse et sur internet, chacun peut se rendormir satisfait de son sort.

Le théâtre a inventé le rôle de la bonne pour donner la mesure du rapport de force entre le peuple et les bourgeois (encouragé par les aristocrates qui se moquaient, notamment chez Molière, du ridicule des nouveaux riches), puis le cinéma a emprunté le même chemin en décrivant à de multiples reprises le jeu du maître et de l’esclave, souvent avec beaucoup de talent : The servant de Losey, Le journal d’une femme de chambre de Bunuel, La cérémonie de Chabrol, etc.

The housemaid d’Im Sang-Soo, ou l’histoire de la machine à broyer d’une bonne dans une famille ultra-riche de Séoul, ne respire pas totalement la nouveauté, d’autant plus qu’il s’agit du remake d’un classique du cinéma coréen de Kim Ki-Young.

Madame attend des jumeaux, Monsieur fait des affaires couvé par sa mère et protégé par sa belle-mère qui veille à la fortune de sa fille, la bonne plaît à Monsieur qui exerce son droit de cuissage. La bonne tombe enceinte, provoquant l’ire de la famille… La mise en scène d’Im Sang-Soo est si élégante et policée qu’elle frôle souvent le kitsch, mais les accents polanskiens (le cinéaste franco-polonais est très admiré en Corée du Sud) du film dans l’opposition entre la bonté naïve du personnage de la bonne et la perversité de la famille donnent une certaine ampleur au propos.

Le plaisir que prend parfois l’homme à s’abaisser et à s’humilier est l’une des énigmes les plus étonnantes de notre condition qu’il mérite bien un certain nombre de messes. The housemaid saisit le moment où un être renonce face à plus fort que lui. L’on grandit parfois devant de tels parcours.


The Housemaid Bande-Annonce 1
envoyé par toutlecine. – Regardez plus de films, séries et bandes annonces.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *