L’enchanté de Miguel Gomes : la belle princesse arabe et le prolétaire portugais

Faire vivre et rêver comme Miguel Gomes la plus célèbre des princesses arabes orientalisée à la sauce de l’occident, c’est faire un chemin vers l’humiliation causée en pays arabe par les bombes tombées sur Bagdad qui ont façonné le cadre des principaux flux actuel des migrations méditerranéennes. La merveilleuse Crista Alfaiate apparaît comme une sirène pour refuser l’enfant proposé par Paddleman (Carloto Cotta, héros de Tabou), appareil reproducteur fait homme. Elle se languit de vivre parmi les voleurs dans les Calanques, étant sans cesse rappelée à son devoir de conteuse pour le Roi prêt à répandre le sang aux moindres signes d’ennui.

Le récit mythologique croise la grève des policiers envahissant le Parlement national au Portugal et le récit de pinsonniers du quartier de Chelas à Lisbonne à proximité de l’aéroport, où de pauvres prolétaires portugais assouvissent leur passion pour des pinsons qui s’affrontent au cours d’homériques concours de chant d’oiseau.

L’humour et le talent de monteur de Miguel Gomes font merveille lorsqu’il monte les images de la grève des virils policiers jouant au coup d’état avec le récit d’une jeune Chinoise amoureuse puis abandonnée par l’un d’entre eux avant d’avorter et d’être rapatriée dans son pays par l’ambassade de son pays. Le cinéaste a la tendresse d’étirer le temps avec le geste de son héroïque pinsonnier qui a l’honneur de clore le film en travelling au milieu des vignes du pays de Lisbonne. Heureux ceux qui se font un monde d’un chant d’oiseau et vivent à l’abri de l’affrontement des puissances.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *