Sans identité : Liam ist Ganz Krug(er), Liam est assez cruche

Cinéma dans la Lune ne recule devant rien pour faire avancer l’histoire du cinéma, même pas devant les jeux de mot les plus redoutables qui lui valent une certaine célébrité dans le monde entier (en février, 2809 pages vues aux Etats-Unis et 36 en Iran, amis américains et iraniens, je vous embrasse, embrassez-vous), en associant dans un seul titre ses trois stars, Liam Neeson, Bruno Ganz (rappelle-toi, jeune, Les ailes du désir) et Diane Kruger.

Sans identité de Jaume Collet-Serra fait ses confitures dans de vieux pots en empruntant sa trame à la trilogie Jason Bourne portée haut par l’un des invités d’honneur de ce blog, l’acteur Matt Damon. Ici, l’histoire d’amnésie revient à Liam Neeson, ex-Schindler reconverti en Superhéros par Luc Besson dans Taken, qui ne comprend pas pourquoi après un accident de voiture à Berlin, nul n’accepte qu’il est le bon Professeur de biologie Harris : ni sa femme (January Jones, moins glamour que dans la série Mad Men), ni la police, ni ses collègues, etc. Il faut dire qu’un autre homme a pris sa place, à moins qu’il n’ait jamais été le Professeur Harris, ou que le Professeur Harris n’ait jamais existé.

Il résulte de cette mise en abîme une bonne heure et demie de poursuites en voiture et de questions philosophiques passionnantes : Si un autre que moi prétend être moi, qui suis-je ? Qui fus-je ? Qui serai-je ? Dans quel état j’erre ? Avec son cahier des charges hollywoodien traditionnel suivi sans trop se fouler, Sans identité vaut surtout par son casting. Si Berlin vaut bien une histoire d’espion, c’est surtout pour cet extraordinaire Bruno Ganz qui cabotine en détective privé à la recherche du pire pendant que les plus jeunes déjouent la piste des méchants. La belle Diane Kruger réussit à rendre attachant, sinon crédible, son rôle de chauffeur de taxi bosniaque, seule à même de tirer l’Américain de la jungle de sa mémoire et du mal. “Break the wall” chantaient les Pink Floyd, cassez le mur. Puisqu’il s’agit de sauver le monde et que le cinéma hollywoodien filme enfin des Allemands attachants, il y a bon espoir d’imaginer que les Arabes et les Irakiens seront un jour filmés comme des êtres humains.


SANS IDENTITÉ : BANDE-ANNONCE VOST HD (Unknown)
envoyé par baryla. – Regardez des web séries et des films.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *