Les amours imaginaires de Xavier Dolan : du plaisir de se briser le coeur

Les Amours Imaginaires

Et si la vie ne valait la peine d’être vécue que pour ses moments les plus intenses, à savoir ceux où l’on se brise le coeur ? C’est en tout cas le pari de l’utra-narcissique et talentueux jeune Xavier Dolan, notre cousin québécois aussi bien peigné qu’un Parisien. Dans son deuxième film Les amours imaginaires, il s’entre-amourache du même ange blond avec sa meilleure copine Marie. Le bellâtre va briser leur amitié en laissant croire qu’il peut assouvir le désir de l’un ou de l’autre.

Diable d’homme ! Ni blasé par le commerce de l’art, ni castré par les commissions de financement du cinéma, le jeune Dolan s’en donne à coeur joie, filme les hommes comme des sculptures de Michel-Ange, les femmes comme dans un film de Michel-Ange et le tout bourré de couleurs comme du Matisse shooté au pop-art comme on n’en avait vu dans le cinéma français depuis Jacque Demy.

Nous sommes jaloux de ses audaces formelles et de son coeur bleu, de tous ses filtres de couleur et d’une bande-son musicale pop qui remixe Dalida, Indochine, France Gall et même House of pain (Jump around sur des jambes de femmes en escarpins, au ralenti). La distribution a eu la gentillesse de sous-titrer les passages les plus ardus de nos cousins montréalais qui réserve quelques perles. Dolan s’amuse des métissages de sa langue grignotée par l’anglais (split, bill, cute, etc.) et de l’amour. Métissage de l’amour, voilà un programme de cinéma pour le jeune XXIe siècle.


LES AMOURS IMAGINAIRES : BANDE-ANNONCE
envoyé par baryla. – Regardez des web séries et des films.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *