Etat du court-métrage à Pantin (4) : qu’est-ce qu’un cinéaste moderne ?

Le cinéma, c’est filmer un visage qui entre en résistance. David Griffith a inventé l’injustice, Eisenstein la colère, Fritz Lang les pulsions de meurtre, John Ford la fraternité, Luis Bunuel le rêve, Ozu le néant, Jean Renoir l’égalité, Antonioni et Bergman l’étrangeté du monde, Kurosawa la polyphonie, Hitchcock l’angoisse, Godard l’opposition, Nicholas Ray, Truffaut et Pialat l’adolescence, Varda la féminité, Fassbinder et Almodovar la confusion des genres, etc.

Un cinéaste moderne connaît le chemin parcouru pour faire du cinéma aujourd’hui et ne se contente pas de recycler les promesses du passé. Le Festival Côté Court offre avec La guitare de diamants de Frank Beauvais un vrai cinéaste moderne, qui filme les jeunes non à la manière de la Nouvelle Vague, avec des bobos en train de glander à une table (ce geste était peut-être révolutionnaire sous le gaullisme, lorsque les jeunes étaient suspects, mais désormais que même le Président veut sembler jeune…), non à la manière des années 80, comme des adolescents qui n’en peuvent plus d’être seuls dans un monde trop étroit pour eux, mais comme un cinéaste des années 2000 à la recherche de nouvelles utopies et de nouveaux horizons. On n’avait pas vu plus belle histoire d’amour champêtre depuis Sur la route de Madison de Clint Eastwood que cette rencontre entre un chanteur de folk américain fauché, Matt Bauer venu se promener en Alsace, et une jeune maman.

Le jeune musicien bouscule les préjugés du village par son mode de vie et sa tenue de hippie. Les deux mondes se réconcilient autour d’une fête de village au cours de laquelle l’Américain et la Française chantent ensemble sur scène. Cette main tendue qui marque la réconciliation progressive entre les deux continents après le cirque de 2003, thème d’un autre film attachant du festival (Far from Manhattan de Jacky Goldberg), se double d’une ode à la liberté pour célébrer une utopie rousseauiste qui se déroule à la marge du monde, loin de l’anthropophagie parisienne.

Le programme qui contient La guitare de diamants sera de nouveau projeté le jeudi 17 juin à 19 heures. Les films promus pendant le Festival Côté Court seront projetés le samedi 19 juin à 18 heures et 20 heures.

Festival Côté Court de Pantin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *