Tout ce qui brille ou Le flim de meufs

Tout ce qui brille

Il convient de bien distinguer le film du flim du téléfilm. Le téléfilm est réalisé pour occuper une case d’un programme télévision en vue de parler des sujets majeurs de notre temps : la vie sexuelle de Louis XV, les problèmes d’héritage dans le XVIe arrondissement, les jeux de l’amour et du hasard au XVIIe siècle, etc.

Un flim est un film qui prend la vie du bon côté sans se poser de question sur la morale du travelling, en ouvrant la fenêtre au cas où il se passerait quelque chose dans la rue.
Tout ce qui brille ouvre une nouvelle voie pour le cinéma français, généralement verrouillé par deux angoisses existentielles : 1. se demander qui le héros préfère de sa femme ou sa maîtresse 2. filmer la violence comme une branche du divertissement pour envoyer le dvd à des producteurs américains. Le film de Géraldine Nakache et d’Hervé Mimran s’attache à deux meufs des barres de Puteaux, Elli et Lila, excellentes Géraldine Nakache et Leïla Bekhti (révélée dans la scène d’ouverture de Mesrine), qui rêvent de devenir de vraies parisiennes. La seconde commence à y croire sévère lorsqu’elle fait craquer un bobo, la première quand elle a l’impression qu’un couple de jeunes femmes branchées s’intéressent à elle.
Le talent des cinéastes consiste à appuyer sur toutes les trahisons des filles pour sortir de leur milieu : Elli laissant ses copines insulter son père chauffeur de taxi, Lila serveuse de popcorn dans un cinéma traitant sa collègue d’assistante, etc.
L’illusion de la ville anthropophage la plus enviée du monde, qui se transforme inévitablement en un cocon pour héritiers, ne dure qu’un temps, et les jeunes femmes se battent chacune à leur manière avec le retour à la dure réalité. L’inévitable dispute entre les quasi-soeurs est même l’occasion d’introduire un personnage attachant de gueularde avec Audrey Lamy. Les larmes des parents n’y pourront rien changer, et Tout ce qui brille est aussi attachant car il rappelle sur un pas de danse que le monde appartient à ceux qui s’adaptent à tous les milieux.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *