The lost city of Z de James Gray : le cosmos plutôt que l’éternité

The lost city of Z de James GrayL’épouse de Percy Fawcett dont elle attend des nouvelles de son voyage en Amazonie traverse l’écran en passant devant le portrait de la maison des ancêtres de sa maison victorienne pour entrer d’un pas léger dans la jungle. La douceur et l’ironie de James Gray conjugués aux couleurs de Darius Khondji à la photographie, maître des lumières douces, se croisent au sommet dans ce récit désabusé d’un précurseur de Claude Lévi-Strauss, géographe en colère contre les explorateurs destructeurs, aventurier à la recherche d’une cité indigène couverte d’or qui constituerait “le chaînon manquant de l’humanité”.

Charles Hunnam, touchant dans Pacific Rim de Guillermo del Toro, interprète avec panache cet homme attachant qui tranche avec sa douceur aux folies des précurseurs du cinéma de jungle, de Marlon Brando dans Apocalypse now à Klaus Kinski dans Aguirre. Le géographe accepte une première mission diplomatico-scientifique en Amazonie afin de rehausser le patronyme abîmé par l’alcoolisme et les déboires d’un ancêtre. Sa découverte des signes de vie des populations indigènes et les rumeurs qui circulent sur une cité perdue dans la jungle se transforme en obsession à peine abîmée par la boue des tranchées dans la Somme de 1914 à 1916.

James Gray filme un homme bouleversé par une nature humaine qui ne consommerait que ce dont elle a besoin, loin de la superbe séquence d’ouverture durant laquelle des officiers britanniques chassent le cerf. Percy Fawcett fraternise avec les tribus, herborise les plantes et animaux comestibles de la jungle, cherche patiemment une civilisation à même de rabattre l’orgueil de l’homme blanc, les massacres de la première guerre mondiale et l’horreur des méthodes employées relativisant beaucoup les pratiques anthropophages observées. Le cinéaste des cadeaux empoisonnés de la vie (le poids de la famille dans La nuit nous appartient, deux femmes désirées dans Two lovers) offre un très grand film sur la main tendue à ses contemporains pour se contenter du cosmos.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *