Miss Sloane de John Madden : du sexe du bon gouvernement

Miss Sloane de John Madden : Jessica Chastain et Gugu Mbatha-RawC’est un portrait de femme libre, avide de la gagne dans le monde très masculin des lobbyistes de Washington, spécialiste de droit international, victorieuse de l’extinction de la loi “Nutella” visant à taxer l’huile de palme importée d’Indonésie, dévastatrice pour les forêts et l’environnement, mais aussi pourvoyeuse de milliers d’emplois dans ce pays, qui se voit confier une campagne contre une loi qui vise à convaincre les femmes d’acheter des armes à feu pour se défendre.

Elisabeth Sloane (Jessica Chastain, rousse brûlante comme l’enfer beaucoup plus exaltant chez Dante que le Paradis) tripote son téléphone en guise de phallus manquant et sacrifie sa vie professionnelle par éthique, pour une cause perdue, lutter contre la prolifération d’armes à feu responsable de 15 000 meurtres en 2016 aux Etats-Unis, et de davantage de morts par des enfants de moins de 3 ans (environ 40 à 50 par an) que par des terroristes islamistes.

Le scénario très habile de Jonathan Perera oppose la jeune femme brillante, entourée de geeks férus de systèmes de surveillance implantés sur des cafards et de post-étudiants idéalistes, à son ancien cabinet en lutte contre la réglementation des armes. Le montage heurté imposé par les séries américaines correspond bien au récit très tendu de cette consommatrice de médicaments et d’escort-boys pour tenir le coup.

John Madden, cinéaste assez inégal, réalise un très beau film sur le caractère indispensable du droit et de la jurisprudence pour adapter sans cesse la loi au bien-être des populations. Miss Sloane décrit un système politique totalement pourri qui ne pourra être sauvé que par des initiatives individuelles assoiffées de justice et d’un modèle de gouvernement qui ne soit pas du côté de la jouissance phallique et de ses substituts, du pistolet de Sam Colt au fusil d’assaut. Cet amusant renversement du rêve américain place l’avenir du côté des femmes tant insultées par l’actuel Président, revanche des petits mâles blancs, qui ne peut plus en approcher qu’une seule sans risque.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *