Loving de Jeff Nichols : le nom de l’aimant

Loving de Jeff Nichols : Ruth NeggaJeff Nichols donne à son film le nom d’un homme qui pouvait difficilement être moins amoureux en se nommant Loving, Richard Loving, petit blanc du très raciste état de Virginie, grandi parmi les Cherokees et les noirs, réveillé en pleine nuit par la police pour avoir épousé une femme noire dans le comté voisin de Columbia, engagé dans un long combat de dix ans pour avoir le droit de vivre avec son épouse sur ses terres.

L’acteur fétiche de Jeff Nichols, Michael Shannon (Shotgun stories, Take Shelter, Midnight special), est bien de la partie en photographe de Life chargé de médiatiser le couple intrépide, mais la vedette revient ici à l’actrice irlandaise Ruth Negga, belle, amoureuse, courageuse, menant de main de maître le combat avec l’aide des avocats de l’UCLA contre l’avis de son époux droit et peu cultivé, qui considère que le bon sens doit l’emporter.

Le classicisme de la mise en scène semble répondre au désir du cinéaste de s’effacer derrière ses personnages mythiques pour avoir élevé leur drame jusqu’à transformer la Constitution américaine pour imposer le mariage comme un droit dans tous les états. La beauté et le talent de Ruth Negga rappellent cruellement au spectateur français le retard pris par ce pays pour valoriser ses citoyens d’origine africaine en dehors du sport, de la musique ou de la comédie. Les nombreux niveaux de jeu qu’elle propose, la tension de ses traits face à la violence raciste ou la bêtise de la bureaucratie constituent la plus puissante découverte de ce film solaire.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *