Silence de Martin Scorsese : l’asile de l’ignorance

Silence de Martin Scorsese, Adam Driver et Andrew GarfieldMartin Scorsese n’aide pas beaucoup son film en dressant le portrait des Japonais comme un peuple bigot, brutal et lâche acharné à battre ou se prosterner devant deux quasi-saints portugais (interprétés par Adam Driver et Andrew Garfield) venus les évangéliser et rechercher leur maître Ferreira au XVIIe siècle. L’influence avouée du film, Akira Kurosawa, semble bien loin, lui qui filmait avec beaucoup d’amour un officier russe et son aide de camp hezhen dans Dersou Ouzala.

Le cinéaste de la rédemption et des amples plans séquences semble piégé par une nature et les visages dont il n’est pas familier, que Kurosawa filmait comme des hiéroglyphes et des estampes. Le cinéaste new-yorkais capture d’un plan majestueux la souffrance inouïe des Chrétiens japonais refusant d’abjurer leur foi attachés à des croix, mais cet héritier du Caravage semble tétanisé, dès qu’il quitte le champ de la violence, par les longs passages de dialogues entre les évangélistes et leurs ouailles, avec leurs bourreaux ou un bouddhiste sincère persuadé que l’homme n’a pas besoin de transcendance.

Le père Rodrigues reproche au Christ son silence comme le faisait Harvey Keitel dans Bad Lieutenant d’Abel Ferrera. Scorsese prend le risque de faire parler in extremis Jésus comme dans le roman japonais de 1966 dont le film est adapté. Ce procédé grossier évoque plus “la volonté de dieu, asile de l’ignorance” de Spinoza que la grâce de certains cinéastes chrétiens dont chaque plan frémit de foi (dans Gertrud de Carl Dreyer, l’oubli de chaque homme est la condition sine qua non de l’éternité, dans Le miroir de Tarkovsky, Dieu est enfant dans un berceau, orphelin espagnol fuyant l’Espagne franquiste pour la Russie…). Les artistes et chercheurs à la frontière des cultures sont souvent de grands créateurs, de l’orientaliste Louis Massignon chrétien musulman à René Char, mystique sans Dieu célébré par Sartre. Dans ce Silence sans un regard humain sur les Japonais à l’exception de l’apparition in extremis d’un visage amoureux de femme, il est permis de chercher le Chrétien.

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *