Folle Journée de Nantes (2) : Iddo Bar-Shaï, seuls les danseurs seront sauvés

Iddo Bar-Shaï Folle Journée Nantes 2017Le pianiste de la déambulation, auteur de remarquables enregistrements sur la musique de Couperin (Les ombres errantes) ou Haydn offrait un concert matinal pour La Folle Journée de Chopin à Chopin, en donnant du souffle aux valses de Schubert et Chopin au rythme de la danse et peut-être aussi pour garder les scolaires avec nous, qui se déambulaient sur le bebop d’Alexis Weissenberg et les arabesques d’Albéniz, mais s’agitaient fatalement au fil du temps.

De même que les médecins conseillent aux patients qui présentent les premiers symptômes de la maladie de Parkinson d’acheter des bâtons de marche et de parcourir les routes, ceux qui pratiquent régulièrement une activité physique au cours de leur vie étant beaucoup moins exposé au risque de développer la maladie, Iddo Bar-Shaï invite à la danse comme une belle manière d’échapper à l’angoisse, puisque comme l’affirme Spinoza, “ce qui fait que le rapport de mouvement et de repos que soutiennent les parties du corps humain les unes avec les autres se conserve, est bon“.

Iddo Bar-Shaï suit corps et âme la musique qu’il interprète, des mazurkas de Chopin à la chaleur méditerranéenne d’Albeniz et Granados, en passant par l’inspiration américaine de Weissenberg de blues en be-bop, avant de finir par de puissantes valses de Schubert et Chopin. Le pianiste oriente l’art de la marche qui porta de grands philosophes comme Socrate et Rousseau vers le plaisir du déhanchement qui pousse le corps à répondre symboliquement à tous ses désirs.

Folle Journée de Nantes, jusqu’au 5 février 2017

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *