Sully de Clint Eastwood : histoire d’être humain

Sully de Clint Eastwood : Tom Hanks

C’est l’histoire d’un héros sans coup de feu ni drapeau, Chesley Sullenberger, pilote d’avion qui força l’A320 dont il avait la responsabilité à atterrir sur l’Hudson River le 15 janvier 2009 alors que les deux moteurs de l’avion étaient arrêtés par un vol d’oiseaux sauvages, sauvant la vie des 155 passagers. Clint Eastwood, le cinéaste des histoires dans lesquelles on prend toujours la place de quelqu’un, en affaires (Impitoyable), en amour (Sur la route de Madison), en matière de famille (Million dollar baby), d’immigration (Gran Torino) comme d’amitié (Mystic River), filme ici magistralement un homme condamné à être lui-même et à prouver à une commission d’enquête qu’il ne pouvait pas agir autrement, avec son équipe, pour sauver les passagers.

Le jugement est la scène cinématographique la plus intéressante pour comprendre les Etats-Unis de Du silence et des ombres à Douze hommes en colère sur la justice de classe et de l’ethnie dominante, jusqu’à Révélation sur les manipulations de l’industrie du tabac, et aux procès très réels de Bill Clinton et attendus de l’actuel président du pays. L’histoire de Sully s’intéresse au face à face entre les avocats de la compagnie aérienne et le syndicat des pilotes où il s’agit de déterminer comment un être humain aurait pu faire mieux que tous les algorithmes qui penchent catégoriquement pour la possibilité du retour de l’avion dans l’un des aéroports situés à proximité de la panne, dans une agglomération très meurtrie par les attentats du 11 septembre 2001.

Le montage de Blu Murray s’intéresse moins à l’aspect documentaire qu’à l’émotion qui entoure l’acte de bravoure d’un homme seul amené à donner le meilleur de lui en un peu plus de 200 secondes. L’accident sera rejoué plusieurs fois au plaisir des spectateurs et pour lever les doutes, de la mémoire défaillante et angoissée du pilote à l’indiscrétion des boîtes noires. Le triomphe de l’humanité de l’homme est un salut bouleversant de ce grand cinéaste.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *