The Revenant de Gonzalez Inarritu : l’histoire de l’ours qui a vu l’homme

Le meilleur acteur de The revenant est un ours, le meilleur technicien son chef opérateur, Emmanuel Lubezki, chargé par Terrence Malick (Le nouveau monde, Tree of life) de ressusciter la lumière crépusculaire de Nestor Almendros pour Les moissons du ciel et de filmer la cime des arbres en plongée.

C’est un film à voir du point de vue de l’ours, animal qui surprend le trappeur Grass à proximité de ses oursons et le punit de quelques coups de griffe, Grass lui-même mutique et vengeur décidé à en découdre avec l’assassin de son fils, survivant à l’attaque d’un ours, un long bain glacé et à quelques techniques récupérées de l’histoire du cinéma, du sublime (l’indigène sauvant l’officier russe au milieu de la tempête de Dersou Ouzala d’Akira Kurosawa) au plus kitsch (Luke Skywalker sauvé par les entrailles d’un néo-kangourou dans L’empire contre attaque, le vengeur Rambo tombé du ciel et sauvé par un arbre).

L’ours contemple donc les paysages du grand ouest avant la conquête de la machine à transformer tous les désirs en produit. Ses yeux aiguisés assistent à la beauté des paysages vierges, au massacre des Indiens par les colons anglais et français, ses sens cherchent de la nourriture et la meilleure voie de survivre. Il aperçoit aussi beaucoup de fusils, probable métaphore du mal des armes qui ronge le pays d’adoption du cinéaste mexicain Gonzalo Inarritu. “Vous n’avez pas planté un seul arbre” dit Dede à Radieuse Aurore, décontenancé par la franchise de la femme qu’il aime et lui échappe alors qu’il a survécu à la frontière et fait fortune dans le roman homonyme de Jack London, chef d’oeuvre du roman de trappeur, tout cela sans aucun coup de fusil. “L’on ne taille pas dans la vie sans se couper” écrivait René Char à propos d’un collègue résistant décontenancé par le jeu féminin de fuite devant le désir et d’approche de l’indifférent digne de séduction. Certes, mais Radieuse Aurore se termine là où n’accoste jamais The revenant, à savoir que nul ne peut être appelé homme sans avoir planté un arbre.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *