A l’aventure : la quête illusoire du plaisir absolu

A l'aventure - Carole Brana Les obsessions érotomanes de Jean-Claude Brisseau renferment souvent des idées intéressantes sur le monde contemporain : l’érotisation du corps des adolescent(e)s (Noce blanche), le poids de la domination masculine dans la culture de banlieue (De bruit et de fureur), la prostitution des corps dans la société capitaliste (Choses secrètes), etc.

A l’aventure rappelle que le cinéaste est également, aussi paradoxal que cela puisse sembler quand on connait ses déboires judiciaires, un grand moraliste, à l’instar d’un Kubrick qu’il admire et dont il partage le goût pour une représentation métaphysique de la sexualité. Le film raconte l’histoire de Sandrine, une jeune Marseillaise qui quitte son emploi et son petit ami (le très bon Jocelyn Quivrin) après que ce dernier trouve humiliant qu’elle recherche le plaisir solitaire. Elle rencontre un psychiatre qui lui permet d’assouvir ses désirs les plus secrets, puis l’entraîne dans des séances d’hypnose où se mêlent la double fascination du cinéaste pour les amours saphiques et la psychanalyse.

Passons sur les conversations impossibles entre la jeune femme et un chauffeur de taxi (Etienne Chicot) sur le vide et la matière, l’être et le néant, l’étendue et l’infini, etc. Il ne s’agit pas d’expliquer au cinéma, mais de voir, et Jean-Claude Brisseau est à son meilleur lorsqu’il entraîne dans une spirale infernale ses personnages qui veulent aller au bout de leurs désirs. A l’aventure est simplement l’histoire d’une jeune femme qui s’engage dans le libertinage avant de découvrir les affres de la jalousie et les dangers de l’absolutisme. Elle est le reflet d’une époque dont l’historien Paul Veyne affirme que la représentation transgressive de la sexualité enrichit mais cache, comme dans l’Antiquité grecque, les pratiques conformistes de la plupart de ses contemporains. Lorsqu’il évite la pédanterie et teinte ses scènes érotiques d’une vraie mélancolie, Jean-Claude Brisseau est bien le plus sadien des cinéastes contemporains.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *