Les combattants de Thomas Cailley : survivre à l’état de guerre permanente

L’été meurtrier 2014 donne raison aux combattants de Thomas Cailley et surtout à son héroïne interprétée par Adèle Haenel, fille de la petite bourgeoisie d’Aquitaine se préparant physiquement et mentalement à la fin du monde.

Tout le monde se bat pour survivre dans Les combattants : PME familiale portée par les enfants de la grande Brigitte Roüan en mère aimante et le fils aîné qui durcit ses pratiques commerciales, jeune homme désarçonné par la violence d’Adèle Haenel (“si c’est ça les meufs cet été, merci et vive la France !”), étudiant vantant son exil dans un bled paumé du Canada plutôt que de continuer de vivre en France, jeune femme rêvant de stage commando à l’armée où elle découvre qu’il s’agit surtout d’obéir aux ordres…

Le long processus de castration de l’homme civilisé se poursuit naturellement par l’entrée des femmes dans l’armée. Alors bien sûr, se rouler dans la boue, faire du paintball et imaginer des plans pour détruire l’ennemi peuvent faire partie de l’imaginaire féminin, mais ils ne rendent pas forcément une femme heureuse. Le jeune menuisier chargé d’installer un abris jardin chez les parents d’Adèle tombe amoureux de la belle et la suit jusque dans l’île sauvage qu’ils s’inventent au milieu des Landes, où le mythe du bon sauvage s’écroule une fois de plus. Le cinéaste a le génie d’adapter l’apocalypse très présent dans le cinéma contemporain de Melancholia à Take shelter (ce dernier étant visuellement cité dans le film) au réalisme du cinéma français héritier de Renoir pour la scène la plus saisissante du film.

Cinéma de la friche, Les combattants explore les zones inhabitées de la terre et du cerveau qui respirent de ne plus étouffer sous la présence humaine et l’impératif d’adaptation à la loi du marché, en écho à la mise en garde de Sartre : “ Le monde peut fort bien se passer de la littérature. Mais il peut se passer de l’homme encore mieux.”


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *