Festival Côté Court de Pantin (2) : Shanti Masud et Emilie Aussel, manger le baiser

A quoi sert un baiser sur la bouche ? Préliminaire et métaphore du coït dans le cinéma masculin, le baiser est chez deux cinéastes en compétition à Pantin, Shanti Masud et Emilie Aussel, la porte d’entrée d’un festin érotique imaginaire.

On croise chez la première, dans Pour la France, émouvante déclaration d’amour à notre beau pays révolutionnaire et conservateur, comme en son temps la trilogie de Kieslowski, des noctambules en quête de bouche pour suspendre le dialogue amoureux et “encadrer” le souvenir comme dit le garçon qui croise une belle Allemande sortie tout droit de chez Wenders, de bouche à embrasser pour ouvrir l’imaginaire érotique, ou de bouche à parler pour suspendre le monologue intérieur dans la mégalopole anthropophage si prisée des touristes.

Emilie Aussel filme à Marseille et ses environs une bande de skaters interviewés dans un style qui mêle documentaire et fiction autour des premiers émois du ravissement amoureux (Do you believe in rapture ?, “rapture” signifiant ravissement). La chanson homonyme de Sonic Youth sert d’inspiration à la cinéaste pour monter progressivement vers un climax sensuel où l’extase procurée par le groupe et la drogue pallie à l’absence de rapport sexuel. Où une partenaire se réveille à l’aube en se demandant pourquoi après une telle extase, poursuivre son chemin. Dans ce très beau film, Emilie Aussel évite la description pornographique des adolescents modernes en vogue chez les héritiers de Larry Clark pour se focaliser sur la jouissance de la mise en bouche (jeux de langue, embrouille, baisers volés…).

Festival Côté Court de Pantin, jusqu’au 15 juin 2013

1 thought on “Festival Côté Court de Pantin (2) : Shanti Masud et Emilie Aussel, manger le baiser

  1. Pingback: 2013 – POUR LA FRANCE – Presse /2 – Brive

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *