A la merveille de Malick : l’amour au-delà du ravissement et le soleil Kurylenko

A la merveille de Terrence Malick est un film intéressant pour ce qu’il aurait pu être s’il n’avait pas confondu amour et foi, amour et kitsch, amour et pitié.

Dans cet amour impossible entre un américain de classe moyenne et une française d’origine ukrainienne, le cinéaste fait surtout une déclaration d’amour à la comédienne et top-model Olga Kurylenko filmée sous presque toutes les coutures (définition de l’histoire du cinéma : histoire des hommes filmant de magnifiques femmes nues que les femmes emmènent voir leurs hommes au cinéma pour éviter de les voir aller ailleurs) en train de danser, minauder, ébahir, emboucher et disputer son belître.

Lequel pense se consoler dans les bras d’une Américaine propriétaire de ranch lorsque l’Européenne s’ennuie dans son Oklahoma. Ni avec toi, ni sans toi, la belle Européenne revient partager la maison, puis le lit et les disputes, avant que tout ne se dépeuple bien sûr. La dérive mystique de Terrence Malick, qui se voyait venir dès La ligne rouge (le soldat blanc nageant dans le paradis idyllique peuplé de gentils noirs), éclate au grand jour avec d’indignes scènes durant lesquels une junkie jette la bible de Javier Bardem en curé puis vient quémander de la religion, ou Ben Affleck traîne les pieds à venir observer un trisomique après avoir été plaqué. Dans Camille Claudel 1915, Juliette Binoche revient au monde en prenant la main d’une autiste.

A la merveille aurait pu être le film de la joie du ravissement, de la douleur de l’arrachement et de la construction du paysage mental de l’être aimé, composé de lieux, musiques, objets fétiches… Le grand film du “pas-toute”, le psychanalyste Paulo Queiroz me disait que tomber amoureux, c’est devenir femme, en tant qu’elle est considérée par les Freudiens comme privée de quelque chose, reste à faire sur “les belles surprises de l’amour, les marivaudages, l’amour touchant le sujet affecté de solitude, donnant ce qu’on n’a pas”.

A LA MERVEILLE Bande-Annonce – VOST par metropolitan_filmexport

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *