Voir Jean de la Lune de Tomi Ungerer/Stephan Schesch entre hommes : U-topia

L’équipe de Cinéma dans la Lune a un rapport privilégié avec Jean de la Lune de Tomi Ungerer, au même titre que les journalistes du Monde parlent du Monde comme volonté et représentation de Schopenhauer à la machine à café, et que ceux du Figaro chantent les Noces devant leur écran.

Jean de la Lune racontait en 1966 l’épopée de l’unique habitant de cette sphère venu voir ce qui se passe sur terre où seuls les enfants peuvent le voir. Il y rencontre un affreux dictateur satisfait de sa bêtise, un chercheur excentrique qui va l’aider à rentrer à la maison, une famille de bobos et bien entendu une ribambelle d’enfants qui sont tristes de son départ de la lune d’où il les distrayait. L’histoire est de Tomi Ungerer, excentrique alsacien auteur de 140 livres pour enfants dont Emile, un loufoque poulpe (“non, pieuvre” dit mon fils qui ne parle pas encore grec) qui fait le bonheur de mon fils donc.

Le baccalauréat se préparant aujourd’hui dès le berceau, je suis allé voir l’épopée du lutin lunaire avec mon enfant qui a beaucoup aimé le hibou perché sur le cerf. Le graphisme très onirique des équipes du cinéaste allemand Stephan Schesch et la très belle bande-son qui remixe habilement quelques tubes (Moon River de Louis Armstrong, Jun Miyake entendue dans les spectacles de Pina Bausch, etc.) ont emballé l’assistance qui n’ayant pas eu la chance de vivre à proximité d’une dictature, n’a peut-être pas tout saisi de l’enjeu visant à se débarrasser de l’affreux. Enfin, ce qui compte, c’est surtout que notre héros qui cherche sa place (utopie signifiant à la fois monde qui n’existe pas et meilleur des mondes) trouve à la fin que le meilleur monde possible est celui d’où l’on éclaire les autres.

Jean de la Lune – Bande-annonce par lepacte-distribution

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *