Les mouvements du bassin de HPG : naître entre l’urine et les fèces

Une naissance est ce qui arrive généralement après la maîtrise de l’agressivité masculine par le désir d’enfant féminin et un test de grossesse positif : voilà ce que raconte le dernier film de la catégorie auteur du pornographe HPG.

Le cinéaste présent au Ciné 104 devant un Jacky Evrard émerveillé était venu faire le spectacle avec la comédienne et sa directrice de casting, moquer tel technicien pudibond “qui a appris à jouer la douleur au Cours Florent en s’attachant à un radiateur”, et rejouer les mouvements du bassin qui servent de transition entre les séquences et donnent le titre au film.

HPG y joue un loser licencié du zoo où il est accusé de déprimer les animaux, puis attaché au métier le plus ennuyeux du monde, gardien de nuit dans le lupanar d’un pervers proxénète qui se rêve poète (Eric Cantona). Parallèlement, une belle jeune femme (Rachida Brakni) malheureuse en couple se met en ménage avec une femme tout en rêvant de maternité.

Avec son allure d’ouvrier colérique en quête de bonheur, HPG vaut à lui seul le détour, OVNI du cinéma français, personnage burlesque qui retourne ses défauts (ses sautillements, sa gueule de méchant, son vice) en ressorts comiques (il se mesure aux singes du zoo, baisse les yeux devant Cantona et Marie d’Estrées, obtient beaucoup de Rachid Brakni pour les scènes d’amour et de colère). Sous ses airs potaches et son ironie mordante sur les rapports de force dans les années 2010 (entre patron et employé, médecin et patient, homme et femme…), Les mouvements du bassin n’est rien moins que le portrait d’un homme barbare en train de devenir père.

Les mouvements du bassin de HPG, avec Rachida Brakni, Eric Cantona, Marie d’Estrées, Joana Preiss, HPG. Sortie nationale le 26 septembre.

Les mouvements du bassin Bande-annonce par toutlecine

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *