The secret de Pascal Laugier : Supplément aux voleurs d’enfant

Il est difficile d’être crédible en parlant de cinéma d’horreur lorsqu’on a passé la nuit après la projection de Massacre à la tronçonneuse de Tobe Hooper à vomir toutes ses tripes. Mais nous parlons de Pascal Laugier, l’homme qui a réalisé le seul très grand film français d’horreur, Martyrs, depuis Les yeux sans visage, ou le supplice de deux jeunes filles du « sud » par des grands bourgeois. Il s’intéresse avec The secret (curieux titre anglo-francisé depuis le titre anglais The tall man), à la mort lente d’un petit village sinistré du nord de l’Amérique depuis la fermeture de la mine locale, et martyrisé par la disparition de nombre de ses enfants qui tourne à la théorie du complot (des autorités, du Croquemitaine, etc.).

Le cinéaste en avant-première au MK2 Bibliothèque ne tarit pas d’éloge sur son interprète Jessica Biel, manifestement ravie qu’on lui propose un rôle ambivalent alors que Hollywood la cantonne aux rôles de screaming girl ou de girl next door : “la collaboratrice la plus célèbre est la moins emmerdante de celle avec lesquelles j’ai travaillé“. Produit par Radar films et SND, le film est entièrement tournée en anglais.

Il est difficile d’en dire plus sans dévoiler l’intrigue : une belle infirmière semble être la seule belle âme de ce trou perdu où elle s’obstine à procurer des soins aux ploucs blancs du grand nord. Prise dans les brumes de l’alcool, elle se réveille trop tard pour assister au kidnapping de son petit garçon. La course-poursuite aux multiples rebondissements commence avec les incontournables du genre (l’usine désaffectée, la bande-son omniprésente, les sales gueules…).

Variation sur le thème de Croquemitaine, The secret joue dans la cour du cinéma de genre des années 70 à la manière de Romero qui prétextait une sortie de morts-vivants pour dénoncer les lynchages de noirs dans l’Amérique sudiste. En dénonçant le discours permanent de l’idéologie dominante sur la meilleure manière d’utiliser les pauvres, Pascal Laugier tape à coups de marteau comme Martyrs, mais selon un format plus accessible au grand public, sur la bonne conscience occidentale.

The Secret – Bande-annonce VOST par ohmygore

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *