Filmer L’or de leurs corps à Rosny-sous-Bois (30) : technique du montage Boléro

A la question d’une spectatrice sur les raisons du naturel des jeunes filles qui ont le courage d’aller jusqu’au bout du tournage, j’étais bien en peine de répondre sinon en louant le talent de ces jeunes non professionnelles sélectionnées avec brio pour l’aventure, par leurs enseignants.

Ce n’est qu’après coup que je me suis rendu compte qu’il me plaisait particulièrement de monter plusieurs prises d’un même plan en comptant sur la manière dont les actrices montent progressivement en gamme sur un thème donné. Cette technique que nous nommerons Boléro en souvenir du morceau de Ravel qui répétait 169 fois le même thème en ajoutant à chaque reprise un ou plusieurs instruments, est bien pratique pour accroître l’intensité d’une scène dramatique en tournant autour d’un thème unique. Les comédiennes sont justes parce qu’elles s’ajustent au fil des prises, et le fait de conserver le même extrait assorti de nuances de plusieurs prises fait participer le spectateur au travail de l’acteur.

Il faudra compter sur une ou deux semaines supplémentaires de tournage pour s’accorder sur le matériau définitif du péplum dionysien que nous tournons, mais les petites frayeurs passagères ne devraient plus entamer notre rêve de rose.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *