21e Festival Côté Court (2) : Fais croquer de Yassine Qnia, Tony Montana n’est pas français

Fais croquer de Yassine Qnia est un film sur le jour où l’on se rend compte que l’on ne deviendra pas Martin Scorsese parce que l’on vit en France et que ce pays n’est pas bâti sur le rêve des pionniers mais sur la tragédie grecque, la rédemption chrétienne et la révolution, et que le seul rêve qu’il reste à vivre au héros du film est de devenir un cinéaste de film d’auteur.

Fais croquer est le récit de la préparation d’un film fauché entre jeunes gens issus de l’immigration africaine, où l’épopée scorsesienne capote faute de moyens, de bons comédiens, de souplesse du réalisateur (joué par le cinéaste du film) et d’incapacité de la troupe à se mettre au travail.

Yassine Qnia a le sens de la comédie désabusée et des situations en montrant l’incapacité du réalisateur à mener à bien son projet de film alors que deux enfants sont prêts à tout pour faire la régie, lorsqu’il préfère une femme qui porte le tchador à une comédienne libérée pour le premier rôle de son polar, et que comme le personnage de Louis-Ferdinand Céline dans Mort à crédit, il ne trouve même plus la force de se masturber face au poids de son naufrage. Si le cinéma ne devait servir qu’à sortir de la dépression pour trouver le courage de se soulever de terre chaque jour, Fais croquer en serait l’un de ses plus vaillants défenseurs.

Festival Côté Court de Pantin, du 6 au 16 juin 2012

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *