21e Festival Côté Court de Pantin : das ist für mich

Tel l’espion allemand de La vie des autres, je peux me dire, après m’être mis à dos la moitié du cinéma français et avoir dit plutôt du bien de l’autre moitié, que je vais avoir le droit pendant cette édition de parler de mes films montrés à l’état brut (ni mixés, ni étalonnés) et d’affronter le regard critique, ce qui est la moindre des choses lorsqu’on prend parfois sa plume pour une lanterne.

Alors vous pourrez y voir L’or de leurs corps (qui contrairement à ce qui est indiqué dans le site internet du festival, n’a pas été réalisé par François Truffaut, dont je salue les filles, mais bien par moi), ou l’histoire d’Eve, 15 ans, qui saigne des mains, multiplie les poissons et marche sur l’eau dans un monde où les miracles sont terriblement suspects, et où il est si difficile de vivre en périphérie (géographique, sociale, etc.) de la ville la plus admirée du monde.

Et aussi Cosi fan tutte d’après Wolfgang A. Mozart et Lorenzo da Ponte, sur le plaisir, parfois douloureux, mais après tout on ne taille pas dans la vie sans se couper, de tomber amoureux. Ce sera l’occasion de vérifier si je m’achemine bien vers cet art de la joie (au sens où l’entendait Spinoza, le sentiment issu de la composition de notre corps avec d’autres pour accroître notre puissance d’agir et se débarrasser des passions tristes) que je revendique.

Capitaine, capitaine, qu’allez-vous voir à Côté Court ? J’aimerais voir O bien des choses en somme, Snow canon de l’émouvante interprète du plus beau film de Claire Denis, 35 rhums, Mati Diop, et Ce qu’il restera de nous du metteur en scène de théâtre et interprète étonnant d’Un monde sans femmes, Vincent Macaigne. Il y a aussi les films issus de la collection des époux Lemaître, le petit monde de Léo Lionni pour les petits et les courts du palmé à Cannes Apichatpong Weerasethakul, dont l’imaginaire correspond peut-être mieux à ce format qu’aux longueurs d’Uncle Boonmee.

L’or de leurs corps le vendredi 8 juin à 15 heures 30. 43 minutes. Avec des films de Salma Cheddadi (dont le très beau film Sweet viking est en compétition Art vidéo) et de Jacky Goldberg (dont le film In loving memory est en compétition fiction).

Cosi fan tutte, d’après Wolfgang A. Mozart et Lorenzo da Ponte, le mardi 12 juin à 15 heures 30. Avec des films de Salma Cheddadi et Véronique Hubert.

Festival Côté court de Pantin, du 6 au 16 juin 2012

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *