Filmer L’or de leurs corps à Rosny-sous-Bois (17) : Tendre est la Truffe

Vu la réputation de pervers que je suis en train de me bâtir sur la toile, il est grand temps que je procède à mon autocritique comme en l’heureux temps du maoïsme où j’aurais sans doute eu droit, dans le meilleur des cas, à un joli panneau sur lequel j’aurais peint : “je suis un cinéaste révisionniste bourgeois”. Je dois donc confesser que je n’oblige aucun mineur à embrasser un autre mineur ni aucune autre personne ou mammifère que ce soit.

L’ambiance était chaude à quelques heures de la fin des cours pour d’heureux congés ensoleillés, et j’ai pu constater ce qui était finalement au coeur du précédent constat, à savoir que pour toute situation de conflit, les jeunes partent au quart de tour, alors que la tendresse est une montagne escarpée réservée aux coeurs les plus endurants (mais le constat est fatal quelques années plus tard, des PME aux sociétés du CAC40, de l’administration d’une petite mairie aux grands ministères : le monde appartient à ceux qui mettent en avant leurs collaborateurs, pas à ceux qui les broient, qui finissent comme le Roi Lear, crevards au milieu des chiens).

Malgré tout, j’ai l’honneur de vous annoncer que nous avons trouvé un troisième roi mage, en l’occurrence une reine mage parce qu’il n’y a pas de raison que les rois mages soient tous joués par des hommes. Nous ne sommes plus au temps de Shakespeare où tous les rôles étaient joués par des hommes et puis c’est moi le réalisateur alors ce n’est pas négociable : le troisième roi mage s’appellera Balthazare.

La rumeur s’étend sur les pouvoirs d’Eve. Les autres élèves sont jaloux et inquiets des cadeaux qu’elle reçoit et de ses pouvoirs qui se manifestent, réels ou imaginaires. Elle commence à guérir les malades, ce que fait d’elle selon la perspective une sorcière ou un prophète. Le cinéma, c’est filmer un visage en résistance à ses propres préjugés et à ceux du spectateur.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *