Filmer L’or de leurs corps à Rosny-sous-Bois (11) : Scripts for my script (sugar for my honey)

Quitte à tout vouloir faire tout seul, autant faire de la peinture ou jouer de la flûte, alors j’arrive aux limites de mes possibilités en tournant une fois par semaine en collège des scènes censées se suivre, ce qui ne me met pas à l’abri des jeans et des T-shirts qui changent de couleur, des chevelures qui passent du raide à la sculpture, des poses brutales de bagues chez l’orthodontiste et des broches qui changent de figurine.

Le célèbre chef-opérateur Jean-Baptiste Gerthoffert est venu mettre de l’ordre dans le chaos et faire un travelling voiture comme dans chacun de mes films, mais je suis obligé d’aller à l’essentiel et de couper toutes les scènes de raccord qui facilitent le travail du spectateur et lui ménagent du temps de cerveau disponible pour avaler les pubs : “attention, elle entre dans une pièce, elle est dans un couloir, elle a mal à la tête, elle sort dans la cour, la nuit tombe, etc.” Comme m’avait dit le coproducteur de mon premier film : “on étouffe un peu dans tes films, comme dans ceux de Desplechin. On respire un bon coup au début et puis tout à la fin”. Curieusement, nous n’avons plus travaillé ensemble.

Je fouille dans ma discothèque pour pallier aux problèmes de son sur certaines prises et soulever l’histoire à des dimensions mythologiques, quelque part entre Bach au piano par Anne Quéffelec et la Passion selon Saint-Matthieu, Lacan tu nous tiens, Arvo Pärt, Tavener, et sans doute la Missa Luba quelque part comme dans L’Evangile selon Saint-Matthieu, dont L’or de leurs corps est un peu le film miroir (sachant qu’Eve, l’héroïne principale, ne portera pas la barbe).

Donc pas de script pour le moment, mais je promets de tourner les scènes dans l’ordre à partir de janvier et de forcer un jeune à faire le métier de script dont on a du mal à comprendre l’utilité avant d’avoir mis le pied sur un plateau de cinéma. Le train file dans la nuit, les vacances sont là pour préparer le second acte janvier/février, développer les personnages, sortir un peu du cadre contraignant du collège et tourner dehors s’il ne fait pas trop froid. Toute l’équipe de Cinéma dans la Lune vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *