Filmer Cosi fan tutte aux Pavillons-sous-Bois (11) : Vive le cinéma en-chanté

Nous sommes parfois bien obligés de constater qu’aucun film français n’a été totalement mis en scène depuis Les demoiselles de Rochefort en 1967. Il y a bien eu des cinéastes peintres (Maurice Pialat), des cinéastes littéraires (Arnaud Desplechin, Pascale Ferran), des cinéastes philosophes (Bruno Dumont), des cinéastes rock’n roll (Claire Denis, Jacques Audiard) ou de bons entertainers (Jean-Pierre Jeunet), mais de films totalement mis en scène au sens où l’étaient ceux de Renoir, Bresson ou Demy, point.

Cinéma dans la Lune célébrant un cinéma de la colère et de la joie, nous avons pris le parti d’une fausse comédie musicale pour notre adaptation du Cosi fan tutte de Wolfgang Amadeus Mozart. Il fallait bien commencer par chanter en play-back les douces mélodies de Lorenzo Da Ponte sur l’impermanence des sentiments et l’amour de l’amour, chose faite dans le hall du collège Eric Tabarly assez cinégénique avec ses casiers aux couleurs vives comme dans le film de Jacques Demy.

Nous voici au coeur du sujet : marcher dans les pas d’Alain Resnais, cinéaste de l’altérité dénonciateur du colonialisme (Les statues meurent aussi), du silence dans années 50 sur l’extermination des juifs d’Europe (Nuit et brouillard) et de la dénonciation de l’horreur d’Hiroshima et de la prolifération atomique (Hiroshima mon amour), mais aussi cinéaste de divertissement passionné de musiques populaires auxquelles il rendit hommage dans On connaît la chanson.

Il m’a paru particulièrement intéressant de constater en visionnant la mise en scène par Peter Sellars de la trilogie Da Ponte (Merci Morgane de La Malle aux histoires) son choix de confier les rôles de Don Giovanni et Leporello à deux frères noirs. C’est donc un jeune noir qui ouvre la partie chantée du film. Un jour, il sera naturel de confier des premiers rôles à des noirs dans l’opéra français, et nous appartiendrons à la Préhistoire. Jusque-là, nous avons l’impression de réaliser un film de science-fiction.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *