Filmer L’or de leurs corps à Rosny-sous-Bois (8) : Girls, Girls, Girls

Bienheureux Yoann, Houcem et Haris d’évoluer auprès de telles demoiselles prêtes à partir à la conquête du monde. Tout l’histoire de L’or de leurs corps est à improviser et à écrire à présent que le canevas est donné : une collégienne tombe dans le coma après avoir été blessée, puis se réveille avec des pouvoirs qui soulèvent l’envie et l’incrédulité de ses proches.

Il n’est pas question d’imposer un texte qui amènerait tous les jeunes à parler comme moi. Le synopsis permet de mêler le réalisme au fantastique dans le cadre donné du collège. Le fantastique vise à sortir de l’environnement ultra réaliste et souvent pseudo-sociologique dans lequel ont été filmés les films sur l’école depuis dix ans. Les jeunes se lâchent enfin après quelques semaines de tâtonnement pour donner le meilleur d’eux : (nous parlons des personnages) Clara craintive des pouvoirs d’Eve, Steeve voulant tirer profit de ces capacités, Shaynez demandant à Eve comment embrasser les garçons, etc.

Nous sommes ici aussi dépendants des cieux et du temps qui file entre nos doigts à mesure que s’approche la fin de l’année civile. Mais au moment de doute et de solitude à l’entrée du collège succède la création du monde à chaque “action”. Comme écrivait le poète René Char, “là où nous sommes, il n’y a pas de crainte urgente”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *