Les citronniers d’Eran Riklis, et à propos du corps et de l’âme du cinéma

L’âme et le corps sont une seule et même chose qui est conçue tantôt sous l’attribut de la Pensée, tantôt sous celui de l’Etendue.”

Baruch Spinoza, L’éthique, 1677

Il faut être absolument moderne.”

Arthur Rimbaud

Il est intéressant de voir le film israélien Les citronniers, aux visées clairement politiques, à l’heure où Alain Finkielkraut s’insurge dans les colonnes du journal Le Monde (le 3 juin 2008) contre le palmarès du dernier festival de Cannes, et notamment la volonté du président du jury Sean Penn d’accorder la palme d’or à un “film clairement conscient de son temps”, en l’occurrence Entre les murs de Laurent Cantet.

Alain Finkielkraut écrit dans son article : “Comme si l’inféodation de la culture à l’action politique et aux urgences ou aux dogmes du jour n’avait pas été un des grands malheurs du XXe siècle, il incombe désormais aux créateurs de nous révéler que Bush est atroce, que la planète a trop chaud, que les discriminations sévissent toujours et que le métissage est l’avenir de l’homme“, et cite comme grandes oeuvres cinématographiques Sarabande, Fanny et Alexandre, E la nave va, In the Mood for Love et Un conte de Noël, qui évoquent selon lui “le monde intérieur, l’exploration de l’existence et les blessures de l’âme”. Il sera toujours temps de rappeler au “philosophe” que l’âme et le corps sont une seule et même chose, et que le monde intérieur du cinéma de Bergman, Fellini, Wong Kar-Waï et Desplechin est indissociable d’un regard sur le corps pris dans des contradictions temporelles, femmes qui se libèrent de la domination des hommes chez Bergman (Monika, Cris et chuchotements, Sonate d’automne, etc.), Fellini (La strada), Wong Kar-Wai (In the mood for love) ou Depleschin (Esther Kahn, Rois et reines, Un conte de noël, etc.).

Les citronniers d’Eran Riklis raconte le difficile voisinage entre une Arabe israélienne interprétée par l’excellente Hiam Abbass (conseillère de Steven Spielberg et comédienne dans Munich) et le Ministre de la Défense israélien qui lui impose de raser ses citronniers pour assurer sa sécurité. La lutte de cette Mère Courage contre l’armée, la bureaucratie et les rumeurs (son entourage n’accepte pas qu’elle couche avec son avocat plus jeune qu’elle) pour sauver la seule chose qui lui appartient la mènera jusqu’à un épilogue à résonance biblique, le Ministre israélien se terrant retranché et abandonné des siens derrière son mur de protection, la femme célibataire évoluant seule mais libre au milieu de ses citronniers coupés à la racine.

Les citronniers est un film épique, poétique et politique qui dresse un superbe portrait de femme tout en dénonçant la politique paranoïaque et sécuritaire de l’Etat israélien et la difficile condition des femmes arabes d’Israël. De la même manière, Impitoyable de Clint Eastwood dresse le portrait d’un ancien tueur qui reprend les armes pour dénoncer la violence faite aux femmes et le racisme de la société (envers les Noirs et les Indiens). Le labyrinthe de Pan, de Guillermo del Toro, filme les rêveries d’une petite fille qui tente d’échapper à l’enfer promis par son beau-père le capitaine franquiste magistralement interprété par Sergi Lopez.

La modernité d’un film se perçoit bien dans son talent à utiliser les moyens du cinéma pour exprimer l’état du monde intérieur et extérieur à une époque donnée, et si comme disait Stendhal même les chef-d’oeuvres sont périssables, alors il ne sera jamais superflu de se donner corps et âme au cinéma.

 

One thought on “Les citronniers d’Eran Riklis, et à propos du corps et de l’âme du cinéma

  1. Je viens de découvrir votre blog en recherchant les articles sur “La Route” de Cormack Mc Carthy. Je devais aller voir le film “les Citronniers” et je regrette vraiment beaucoup que vous ayez décrit la fin! Sinon, je vais garder votre blog dans mes favoris car je le trouve très riche de réflexion, mais pensez aux futurs lecteurs ou spectateurs avant d’écrire la chronique d’une oeuvre.
    cordialement
    DDD

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *