Les neiges du Kilimandjaro de Robert Guédiguian : Jean Jaurès et Spiderman dans un bateau

Les Neiges du Kilimandjaro : photo Robert Guédiguian

Entre les histoires de revolver en guise de substitut de pénis et les problèmes d’adultère du Quartier Latin, Robert Guédiguian occupe une place à part dans le cinéma français depuis exactement trente ans en creusant le sillon étroit du cinéma populaire de qualité.

Certains de ses films agacent par son oubli de filmer pour transmettre à tout prix un message, mais il touche parfois au sublime comme aujourd’hui avec ses Neiges du Kilimandjaro. Il dit être allé chercher chez les Pauvres gens de Victor Hugo cette histoire de marseillais modestes agressés chez eux par un jeune ouvrier licencié en même temps que Michel (Jean-Pierre Darroussin). Il offre surtout un grand film contemporain sur la réponse à la violence dans un contexte où chacun risque la dégringolade sociale.

Ils ont pourtant tout pour être heureux, Michel et Marie-Claire (l’émouvante Ariane Ascaride), avec leur petite maison dotée d’une terrasse sur le port de Marseille, leurs enfants (dont la très impressionnante Anaïs Demoustier, qui jouait déjà la fille de Darroussin dans Les grandes personnes) et petits enfants. L’agression chamboule leur vie : les deux couples d’amis s’enfoncent dans la dépression et se dispute, le beau-frère de Michel lui reprochant de culpabiliser d’avoir dénoncé leur agresseur identifié par hasard (Grégoire Le Prince-Ringuet).

Que s’est-il passé pour assister à une telle déconscience de classe, se demande Robert Guédiguian ? Il filme le désarroi d’une génération qui pensait changer le monde par les urnes et la rue, et continue de trouver un sens à sa vie dans le souci de l’autre. Le couple remonte la pente en prenant la main des petits frères de l’aîné violent pour mettre un terme à la spirale de la violence. Le cinéaste, conscient de toucher un sujet en or, semble plus attentif à la qualité de ses cadres et du jeu que dans ses précédents films. Il est le plus grand héritier de Pagnol avec cette fable provençale où la caméra filme des héros ordinaires qui retournent en résistance.

1 thought on “Les neiges du Kilimandjaro de Robert Guédiguian : Jean Jaurès et Spiderman dans un bateau

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *