Rodin de Jacques Doillon : le touché pur du réel

C’est un fC’est un grand film sur une obstination : imposer une nouvelle vision de la courbe, des bourgeois de Calais contre les Calaisiens, de Balzac le ventre rempli de 2 500 personnages sculpté à partir d’une femme enceinte contre les admirateurs de l’écrivain commanditaires de l’oeuvre, de Victor Hugo contre l’avis de l’écrivain, de ses nus féminins tordus par l’extase pour la première fois sans métaphore…
Jacques Doillon bénéficie d’un Vincent Lindon transfiguré par ce rôle d’artiste amateur de courbes féminines et de sentiments radicaux en art : Dante devenu le Penseur pour sa porte de l’enfer, Balzac, Hugo, Camille Claudel en élève dépassant le maître dans certaines de ses oeuvres, puis rongée par le manque de reconnaissance de son oeuvre, jusqu’à la paranoïa…
Le cinéaste vieillissant s’offre un beau défilé de modèles offrant leurs désirs et leurs formes au plus célèbre sculpteur français à la tâche du plâtre dans le film de Rodin puisque nous ne verrons pas le travail sur le bronze. L’atelier est filmé comme une toile de fond de l’artiste au travail agité par l’idée d’imposer son idée au siècle dans le compagnonnage de Monet dont il affirme qu’il lui a appris la lumière ou de Cézanne qu’il encourage à persévérer sans écouter les bouffeurs d’espoir qui condamnés à mordre la poussière.
Rodin est filmé à la recherche d’un “touché pur du réel” (Badiou), d’une vérité des corps irréductible à toute subjectivité : il impose l’image de Balzac plus puissante que toute photographie de l’écrivain, de la dignité des humiliés du monde entier avec ses Bourgeois de Calais, des contorsions du désir avec ses variations obsessionnelles sur les seins, les fesses, les vulves… Doillon signe l’un de ses plus beaux films en décrivant l’artiste en forçat de la vérité.

Les fantômes d’Ismaël d’Arnaud Desplechin : à nos vies augmentées

Charlotte Gainsbourg et Marion Cotillard, Les Fantômes d'Ismaël de DesplechinC’est un film à l’opposé du modèle de Bresson qui s’agaçait que “X puisse jouer tour à tour Attila, Mahomet, un employé de banque, un bûcheron, c’est admettre que X joue“.  Dans Les fantômes d’Ismaël, de grands comédiens très célèbres prolongent les personnages névrotiques d’Arnaud Desplechin de La vie des autres à son sublime Conte de Noël : de grands artistes en panne d’inspiration totalement décalés par rapport lorsqu’ils reviennent dans leur ville d’enfance en province, de belles femmes évanescentes sorties d’un rêve, des noms-palimpsestes livrant des couches d’autres films comme la Carlotta interprétée par Marion Cotillard en souvenir de Sueurs froides d’Hitchcock.

Le cinéma Panthéon proposant la version longue du film de plus de 2 heures, il est possible de s’amuser enfin d’une excellente scène où Amalric expose sans crier une version loufoque du film qu’il ne parvient pas à réaliser, mêlant du Tadjikistan à Prague, faux espions russes, vraie parodie de La taupe et l’excellente Alba Rohrwacher, très grande actrice italienne et plus belle surprise du film.

L’apparition sympathique de Samir Guesmi en chirurgien soignant Hippolyte Girardot en producteur martyrisé par son cinéaste, quelques passages comiques et le beau duo de femmes amoureuses entre Charlotte Gainsbourg et Marion Cotillard offrant un très beau nu au spectateur, tempèrent l’ambiance mortifère du film qui met en abîme toute l’oeuvre du cinéaste. Le plus beau geste est celui d’Arnaud Desplechin augmentant la vie par des croisements d’histoire d’amour jusqu’à ce qu’un corps accroche la demande d’encore de Lacan, vénéré par le cinéaste qui affirme avoir “appris à lire” avec ce dernier.

Get out de Jordan Peele : la jouissance du corps haï

Get out de Jordan PeeleC’est une histoire moderne de morts-vivants dans les terres sudistes des Etats-Unis où le fantôme de l’esclavage et de la gratuité des corps des noirs plane encore. C’est en quelque sorte la suite de la chasse aux noirs de La nuit des morts vivants de Romero, qui reprendrait là où commencent les histoires d’amour : un jeune photographe noir de Mobile, Alabama, est invité à passer le week-end chez les riches parents démocrates de sa compagne blanche qui ne les a pas informés.

Le cinéaste Jordan Peele ouvre le séjour avec les codes du cinéma d’horreur : animal surgi de nulle part sur le capot de la voiture, comportement de mort-vivant des noirs employés, présence d’un secret parmi les convives… Chris est accueilli comme le bon noir par les convives qui l’envie pour sa modernité, à l’heure où les noirs et les métis s’emparent des premières places dans le sport et la pop américains.

Le passage par l’hypnose et la psychanalyse, la mère de la jeune femme interprétée par Catherine Keener exerçant la profession de psychiatre, n’est pas la représentation la plus impressionnante de la pratique dans l’histoire du cinéma. C’est ailleurs que se situe le cauchemar de Chris embarqué dans les marécages du racisme et de l’eugénisme ou la construction fantasmée d’un ensemble parfait de corps et de cerveau. Le grand éclat de rire du cinéaste, humoriste de formation, tempère la tragédie par une capacité de résistance surhumaine de son héros et un super-ami qui surjoue autant le comique célibataire vulgaire que la famille blanche sue de haine envers le corps dont il faut jouir. Jordan Peele offre son meilleur en filmant le corps noir comme un objet de fantasme publicitaire conforme au désir du marché de fournir des corps sains prêts à jouir. La froideur implacable de ses adversaires est à l’image des nouveaux arguments du racisme qui ne se combattent plus seulement par la morale et les faits. Le seul rempart que filme Jordan Peele consiste à imposer des corps africains intelligents, artistes ou policiers, pour affronter la bêtise sur le terrain du langage.